JE COMPARE MES ENFANTS À CEUX DES AUTRES!

JE COMPARE MES ENFANTS À CEUX DES AUTRES!

Nous vivons en communauté, nous avons besoin les uns des autres pour évoluer, pour survivre. Nous avons des amis, un entourage, et nos enfants aussi… Et inévitablement, à un moment donné, on entre tous dans la comparaison. Que celui qui peut dire qu’il ne s’est jamais, même l’espace d’une micro seconde, comparé à un autre, lève la main. Cette tendance à la comparaison, qui peut sembler malsaine, est en réalité une dérive de notre ego.

Ce mécanisme de comparaison est naturel, instinctif, mais il est utile de savoir aussi que c’est ni plus ni moins une manifestation de notre ego. En écoutant le podcast “Joy Spirit” réalisé par Joy Solal, que je recommande fortement si vous cherchez à développer de façon douce et intelligente votre connaissance de soi, j’ai enfin compris d’où venait cette tendance à la comparaison que je sentais malsaine et tentais de refouler toujours, mais qui avait l’air de vouloir se frayer quand même un chemin.

La Comparaison Dans la Parentalité

La parentalité est un endroit où notre égo est particulièrement développé, car consciemment ou non, nous voyons notre enfant comme une prolongation de nous-même, voire parfois comme une opportunité de nous “réparer”. On ressent, et la société nous le confirme bien, que ce que notre enfant est et fait en dit long sur nous, en tant que parent, en tant que citoyen, en tant qu’humain… De quoi mettre pas mal de pression sur notre égo et encourager la comparaison n’est-ce pas?

Joy Solal illustre l’idée par une scène banale de vie courante: Nous sommes en vacances avec des amis dont les enfants ont plus ou moins le même âge que les nôtres. Ce sont les conditions idéales pour déclencher le cocktail égo titillé - comparaison. Naturellement, et rapidement, les enfants vont commencer à comparer leurs talents: Qui danse le mieux? Qui court le plus vite? Qui est le plus sportif? Le plus créatif? Et nous parents, faisons exactement pareil: Mon enfant est il aussi sage que les autres? Fait-il plus ou moins de crises qu’eux? Est-il aussi doué, charismatique, évolué?…

La Comparaison et son Impact

Si l’on pense que nous sommes bien positionnés dans l’échelle de la comparaison, alors on se détend, jusqu’à la prochaine occasion. Mais si l’on sent que notre enfant est “moins bien”, “en retard”, “plus en difficulté”, alors là, les égos et l’inquiétude prennent feu !

Joy Solal propose de poser une loupe plus objective sur cette comparaison: Elle est toute relative et ne veut donc rien dire. Si ma fille fait parfois des difficultés pour manger, et que l’enfant avec lequel je la compare n’en fait jamais, je vais remettre en cause ma méthode éducative. Mais si l’enfant avec lequel je la compare fait lui une crise à chaque repas, tout à coup, la situation de ma fille va me sembler bien meilleure. On remarque que la situation de ma fille est la même dans les deux cas! Ce comportement qui n’était pas problématique pour moi le devient.

Elle met également en lumière des problèmes qui n’en étaient pas jusque-là. Il se peut que le fait que ma fille n’ait pas grand appétit ne m’ait jamais inquiété plus que ça, sa courbe de poids et de croissance étant correcte. Il se peut également que la nourriture n’ait jamais été un sujet pour moi, donc naturellement, je n’en fais pas un sujet pour mon enfant. Et pourtant, tout à coup, juste par le biais de la comparaison, du regard, des critiques, ou des conseils même bienveillants d’autres parents, ce comportement qui n’était pas problématique pour moi le devient.

Comment Gérer la Comparaison?

Faudrait-il alors ne plus JAMAIS se comparer? Même si on le voulait ce serait impossible, et ce n’est d’ailleurs pas recommandé. Comme pour toute chose, c’est l’excès qui est nuisible. La comparaison peut parfois être très utile, voire sauver des vies (quand on pense par exemple qu’un comportement abusif est normal, et qu’on s’aperçoit par comparaison qu’il est inadmissible). Il n’est pas non plus question de ne plus prêter une oreille attentive aux conseils de notre entourage, qui peuvent s’avérer souvent justes et aidants.

L'éducation prend en compte 2 variables: la singularité de l’enfant et la singularité du parent. Le podcast “Joy Spirit” pose un rappel essentiel : L’idée est de “s’éclairer des lumières des autres tant que cela n’étouffe pas notre propre flamme”, comme le dit Joy si joliment. Si l’on est capable de conscientiser nos valeurs, notre vision, notre singularité et celle de nos enfants, alors on pourra prendre des décisions qui tiennent compte de tous ces paramètres, qui sont les nôtres, et seulement les nôtres.

Si vous avez l’envie de “mettre un maximum de ce que vous êtes dans ce que vous faites, et ce dans chacun des domaines de votre vie”, je vous invite à rejoindre le podcast Joy Spirit, disponible uniquement sur groupe privé watsap.

Demandez à rejoindre le groupe :

https://form.typeform.com/to/U5XkepAo

Regresar al blog

Deja un comentario